Ruches décimées

multiples causes (suite) dont de plus en plus les insecticides déversés dans l'environnement

6 août

http://www.wattagnet.com/articles/31503-dutch-contaminated-eggs-crisis-escalates

The number of farms closed by the NVWA following positive tests has increased from the original seven to 180, reports Dutch News. For the majority of these farms, NVWA is recommending that the eggs are not consumed by children.

*

4 août 2017

https://fr.finance.yahoo.com/actualites/millions-d-apos-ufs-n%C3%A9erlandais-174319405.html

Pour éviter une crise sanitaire de grande ampleur en Europe, les supermarchés néerlandais et allemands retirent en masse de leurs rayons des oeufs contaminés par un pesticide présumé "toxique" pour l'homme.

Amusant le "présumé toxique" !  Il faudrait connaître la dose quotidienne d'oeufs qui présente un danger pour le consommateur

* *

21 juillet

Les craintes étaient justifiées

Très mauvais signal de la part du MAA(FP)  F pour forêts et P pour Pêche

http://agriculture.gouv.fr/produits-phytopharmaceutiques-autorisations-de-mise-sur-le-marche-dune-duree-maximale-de-120-jours

 Le plan Ecophyt n'arrivera jamais à décoller dans ces conditions et la fracture entre les inconscients et les raisonnables va s'accroître.

Très longue liste de dérogations « dans l'urgence » dont la plupart ne sont sans doute pas justifiées

C'est sans doute pour compenser le manque à gagner entraîné ces derniers jours par la publication des PEP (Perturbateurs Endocriniens Présumés)

Les pucerons font partie des cibles.... Réduction prévisible des populations d'hirondelles et de chauves souris avec ces produits qui ne sont plus autorisés en temps normal...

*

9 juillet

Vous avez sans doute compris qu'on n'échappera pas aux dérogations dans les années qui viennent. Apis mellifica et Homo sapiens naviguent de conserve sur notre fragile biosphère.

On ne peut protéger ces deux espèces de manière efficace sans une meilleure surveillance de leurs antagonistes communs.

Apis mellifica et Homo sapiens sont des compagnons de route. Ces deux espèces s'aident mutuellement. Si l'une disparaît, l'autre la suivra....Cela se fera lentement, mais sûrement, si on n'impose pas des plans coercitifs pour 2040.

*

5 juillet

http://abonnes.lemonde.fr/pollution/article/2017/07/04/perturbateurs-endocriniens-la-france-cede-a-l-allemagne_5155485_1652666.html

<<En dépit de l’appel des scientifiques, l’UE a adopté mardi 4 juillet une définition laxiste de ces substances chimiques dangereuses.>>

N'en déplaise aux écologistes radicaux et à certains médias, la solution retenue permet de sortir de l'impasse qui dure depuis 2013....Il est certain que l'on peut faire mieux....Au Parlement européen d'essayer, même s'il a peu de chances d'être suivi!

*

4 juillet

Perturbateurs endocriniens (dont certains insecticides interdits ou autorisés)

Ce mardi 4 juillet 2017, la France a finalement voté pour la proposition de la Commission européenne, qui est donc adoptée. Le texte doit par la suite être examiné au parlement européen.

http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/perturbateurs-endocriniens-sept-questions-sur-ces-agents-chimiques-qui-font-debat-au-sein-de-l-ue_2266759.html

http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pesticides/perturbateurs-endocriniens-ce-qu-il-faut-retenir-apres-la-decision-de-l-ue-sur-une-definition-de-ces-substances-chimiques_2268579.html

La France cette fois (à la septième présentation depuis 2013), a donné son accord (seuls la Suède et le Danemark restent dans le camp des insatisfaits), car

<<à la différence des premières versions, le texte voté mardi intègre les perturbateurs "présumés", et plus seulement "avérés" comme proposé tout dernièrement. La charge de preuves à apporter pour considérer une substance comme un perturbateur endocrinien est donc moindre que prévu(e). >>

L'Allemagne tient à conserver sa dérogation basée sur la spécificité des produits conçus pour perturber le système hormonal des cibles, par exemple comme celui utilisé largement au Brésil pour lutter contre les larves de moustiques dans les réservoirs d'eau potable juste avant l'épidémie de microcéphalie attribuée au ZIKA. Par la suite, les autorités ont cessé cette campagne à grande échelle, par précaution, car elles n'ont pas été insensibles aux remarques de médecins (argentins et brésiliens) . Et comme par hasard, les cas de microcéphalie au Brésil ont pratiquement disparu en 2017 sans explication officielle !  Qu'en pense Madame CHAN? Les liens pour les articles de février 2016 sont rappelés un peu plus loin. (*)

Attention    Plusieurs pesticides couramment utilisés, autres que les vieux insecticides chlorés interdits depuis longtemps en Europe et dont parlent seulement les médias, figurent sur la liste des candidats à une perturbation endocrinienne notable, même si elle n'est pas toujours avérée et admise. A suivre de très près. Faute d'interdiction, un meilleur encadrement que par le passé serait très souhaitable., alors que le laxisme a prédominé jusqu'à présent.

Contrairement à ce qu'a dit rapidement Corinne Lepage, ce n'est pas la définition minimaliste des perturbateurs endocriniens". Avec “avéré”, cela aurait été bien pire. Maintenant c'est au Parlement européen d'améliorer ce texte. Ce serait pour lui l'occasion de se montrer, après avoir été traité de "ridicule" ce matin par Monsieur JUNCKER devant des bancs pratiquement déserts!

=

(*) Voici trois articles de février 2016

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20160215.OBS4703/zika-la-piste-des-pesticides-pour-les-microcephalies.html

(extrait)

le gouvernement brésilien a omis de tenir compte d’une corrélation épidémiologique importante : Les villes et régions où une augmentation spectaculaire des malformations congénitales (dont microcéphalie) a été observée en 2014-2015 sont aussi celles qui ont été sélectionnée par un programme d'État pour être - durant 18 mois - traitées par épandage aérien par du pyriproxyfène pour éradiquer le moustique tigre, qui propage la dengue et le virus Zika. Ces épandages ont causé une exposition nouvelle et récente de milliers de fœtus au pyriproxyfène. Or cette molécule « juvénoïde » est selon ces médecins connue comme perturbateur endocrinien et pour être tératogène (cause des malformations congénitales). Il a notamment été utilisé pour traiter des réservoirs d’eau potable des villes concernées et a donc exposé toutes les femmes enceintes buvant l'eau du robinet.

 

http://www.allodocteurs.fr/maladies/maladies-infectieuses-et-tropicales/virus-zika/microcephalies-la-fragile-hypothese-des-pesticides_18658.html

 

http://www.parismatch.com/Actu/International/Des-medecins-suspectent-un-produit-chimique-de-Monsanto-912875

 **

3 juillet

http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/06/29/deux-etudes-a-grande-echelle-confirment-les-degats-des-neonicotinoides-sur-les-abeilles_5153318_3244.html#4KrXt0EWLC16jVZF.99

« il est devenu intenable de continuer à affirmer que l’utilisation agricole des néonicotinoïdes n’endommage pas les abeilles sauvages et domestiques ».
=

Promesses à tiroirs....Sur le site de la plateforme "esa"        OMAA beech ! 

L’Observatoire des Mortalités et des Alertes chez l’Abeille mellifère (OMAA)

Un Observatoire des Mortalités et des Alertes chez l’Abeille mellifère (OMAA) sera prochainement mis en place. Les réflexions ont lieu dans le cadre de la Plateforme ESA et des informations complémentaires seront disponibles sur le site quand les premiers éléments pourront en être communiqués.

Ce message est depuis un bon moment sur le site.....Aucune idée des délais de mise en place? Apis mellifica est un animal domestique de rente. Sans les apiculteurs qui le protège et relance ses populations, ce serait déjà une espèce en voie de disparition, car le combat entre apiculteurs et productions végétales est devenu trop inégal.

*

27 juin

https://reporterre.net/Couac-gouvernemental-sur-les-pesticides-en-fait-rien-n-est-vraiment-regle

<<Les associations promettent donc de suivre attentivement les arbitrages interministériels qui seront rendus sur ces sujets. Reste à voir de quel côté la balance penchera. La saison des « couacs gouvernementaux » ne fait peut-être que commencer. >>

sur la plateforme esa encore aujourd'hui et depuis un certain temps...

L’Observatoire des Mortalités et des Alertes chez l’Abeille mellifère (OMAA)

Un Observatoire des Mortalités et des Alertes chez l’Abeille mellifère (OMAA) sera prochainement mis en place. Les réflexions ont lieu dans le cadre de la Plateforme ESA et des informations complémentaires seront disponibles sur le site quand les premiers éléments pourront en être communiqués.

S'il était mis en place dès cet été, on pourrait comparer l'avant et l'après 2018 ! Entre temps, on va nous redire une fois de plus que les troubles des abeilles sont dus à dix ou douze causes que l'on a du mal à hiérarchiser.... Il faudrait aussi observer les pollinisateurs sauvages, précieux auxiliaires des cultures.... C'est pour quand ?

* *

26 juin 2017

franceinfo  12h37

#PESTICIDES Cet arbitrage a été pris lors d'une réunion organisée le 21 juin, précise encore Matignon. Et donc avant la prise de parole de Stéphane Travert, ce matin sur BFMTV. Le cabinet du Premier ministre évoque "les effets négatifs [des néonicotinoïdes] pour les insectes pollinisateurs".

==

france info 12h30

#PESTICIDES Le gouvernement ne reviendra pas sur l'interdiction des pesticides néonicotinoïdes à partir de septembre 2018, annonce un communiqué du Premier ministre Edouard Philippe.

= = = = = =

Alors que la récolte de miel 2016 a été catastrophique (on a accusé officiellement la météo)...

franceinfo ce matin

#PESTICIDES Le gouvernement envisage-t-il de réautoriser les pesticides néonicotinoïdes "tueurs d'abeilles" ? Invité de BFMTV ce matin, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a confirmé l'information, et une réflexion sur un nouveau texte.

La faute est en partie au suivi insuffisant des effets des pesticides sur les pollinisateurs....Il n'y a pas que les néonicotinoïdes......Le ministre a raison sur un point   Il faut un nouveau texte, mais plus général, et avec des sanctions prévues !  Et interdisant les dérogations, privilèges des temps modernes, ce qui serait enfin une vraie révolution !

Par définition, les insecticides tuent des insectes, y compris les domestiqués pour la rente.

Par exemple les traitements contre les vecteurs de la FCO et les traitements contre les vecteurs des arboviroses humaines tuent beaucoup d'abeilles et d'autres pollinisateurs. Quand on utilise pour ce faire des néonicotinoïdes (très souvent dans beaucoup de pays hors Europe - théoriquement protégée), cela tourne à l'hécatombe!

*

24 février 2016    "Le Monde  Planète"

Conflits d'intérêts au " GIEC de la biodiversité "

Deux chapitres-clés du prochain rapport sur la pollinisation ont été pilotés par des salariés de l'agrochimie

*

13 décembre 2015

Avec le retour de la FCO, le retour de la mortalité des abeilles !

On pouvait le craindre.... Tant qu'on n'interdira pas les pulvérisations à l'aveuglette, cela continuera et il faudra mendier des subventions ! On pourrait qualifier cela d'autodestruction !

http://www.ariegenews.com/news-97727.html

*

23 novembre

http://presse.inra.fr/Ressources/Communiques-de-presse/Neonicotinoides-et-abeilles-la-desorientation-des-individus-confirmee-en-plein-champ-la-colonie-adapte-sa-strategie

Une nouvelle étude en plein champ conforte les essais en laboratoire sur les risques de désorientation des abeilles exposées au traitement des semences de colza au thiaméthoxame.

Mais les ruches sont capables de compenser la mortalité précoce des ouvrières par une augmentation du couvain.

Chez nous, l'abeille domestique est un bétail comme un autre. Ce genre d'étude devrait aborder l'aspect économique avec des estimations coût/résultat pour les cultivateurs et leurs voisins apiculteurs... L'abeille domestique est capable de réagir... Qu'en est-il des autres pollinisateurs  ?

Nouvelle reprise par

 

 

http://www.webtimemedias.com/article/inra-le-resultat-etonnant-dune-etude-sur-la-disparition-des-abeilles-20151124-57339

 

**

17 septembre

http://www.fao.org/zhc/detail-events/fr/c/329191/

Document FAO du 16 septembre

En vedette: 7 fruits et légumes «amis» des abeilles

De l’importance des abeilles pour la pollinisation des cultures

*

22 août 2015

La Vespa velutina (frelon asiatique) gagne progressivement toute la France...Elle fait partie désormais des "causes multiples des troubles" des abeilles.

Photo JPHM   19 septembre 2015    Département 35

 Fondatrice de frelon asiatique récoltant du pollen de lierre

 

10 août 2015

http://news.lexpress.fr/une-plante-tueuse-de-frelons-asiatiques-decouverte-au-jardin-des-plantes-de-nantes-11709

Enthousiasmant....Un grand espoir pour faire des pièges sélectifs si on arrive à isoler la molécule de la Sarracenia qui attire la "guêpe" asiatique comme disent les espagnols.

*

23 juillet

Beaucoup d'infos dans ce numéro

http://societe-apiculture-strasbourg.com/pdf_site/flash%20ABEILLES-n%B0_33_Juin-Juillet_2015.pdf

Bulletin technique de la Chambre d’Agriculture de la région Alsace      N°33 – Juin/juillet2015
Dans ce numéro
1. Pucerons (des sapins): des comptages prometteurs!
2. Suivi de l’infestation varroa
3. Bilan des pertes hivernales en Alsace, etc....
.
Ce «FLASH’ABEILLES » parait de façon irrégulière, en fonction du besoin de vous apporter une information rapide. Pour le recevoir (gratuitementet par e-mail)
inscrivez-vous auprès du technicien apicole        a.ballis@alsace.chambagri.fr
Retrouvez les anciens numéros sur le site de la Chambre Agriculture d’Alsace
 
http://www.alsace.chambagri.fr/elevage/apiculture.html

**

8 juin

Le problème mondial gagne l'Afrique du Sud, et la loque en profite !

http://actu.orange.fr/une/les-abeilles-sud-africaines-a-leur-tour-menacees-de-disparition-afp_CNT000000aLQDV.html

<<Une épidémie de loque américaine, une maladie mortelle pour les ruches causée par un germe, est en train de faire des ravages, pour la première fois dans l'histoire récente du pays, explique Mike Allsopp, agronome spécialiste des abeilles à Stellenbosch, dans l'arrière-pays du Cap.

 

"C'est exactement la même chose qui se passe partout dans le monde", dit-il. Les abeilles attrapent des maladies parce qu'elles sont "stressées par les méthodes d'apiculture intensive, les pesticides et la pollution", alors qu'"autrefois, elles étaient moins vulnérables", dit-il. Elles souffrent "de l'homme, des pressions et du stress que les humains leur imposent"....>>

 

***

4 juin 2015

francetv info

C'est un nouveau type de criminels, apparus avec la sécheresse qui frappe la Californie depuis 2013.Les voleurs d'eau siphonnent les réserves des pompiers et dérobent des camions-citernes.

***

3 juin

Lettre de san francisco| (Le Monde daté du 4 juin)

Mes prévisions pessimistes en passe de devenir réalité !

L'amande, suspecte idéale de la sécheresse californienne

C'est l'exercice du moment en Californie. Il est connu sous le nom d'almond shaming. Honte aux amandes, haro sur les producteurs. Quatre ans après le début de la sécheresse du siècle, c'est le grand déballage. Ou, si l'on ose dire, la grande lessive. Maintenant que l'eau est rationnée, on fait les comptes : qui consomme le plus ? A quel coût pour la société ? Pour les fermiers, les statistiques sont cruelles : l'agriculture " boit " 80  % de l'eau, mais elle ne représente que 2  % du produit brut de l'Etat.

Les amandes sont devenues le symbole de la folie des grandeurs californienne. Le bouc émissaire de la pénurie. Les citadins ne voient pas pourquoi ils devraient sacrifier leurs douches et pelouses pour maintenir une production que la Californie ne peut – peut-être – plus s'offrir à l'heure du changement climatique. Pour cultiver une seule amande, il faut un gallon d'eau (3,78 litres). Chaque année, les 900 tonnes d'amandes produites sur les terres arides de la Central Valley engloutissent plus que l'entière population de Los Angeles, San Diego et San Francisco, soit les deux tiers des habitants de l'Etat.

Les agriculteurs plaident non coupable. Ils prennent à témoin leurs arbres anémiés et la terre crevassée. Ils assurent qu'ils ont réduit de 30  % la consommation en eau des amandes grâce à leur arrosage de précision. Et ils interpellent les urbains mangeurs de hamburgers. A poids égal, les amandes nécessitent moitié moins d'eau que la viande de bœuf (c'est aussi l'argument de l'association pour le traitement éthique des animaux PETA, qui profite de la crise de l'eau pour vanter les vertus du régime végétarien).

Nul doute que les petits producteurs souffrent : sur les 6 500 fermes d'amandes, 70  % sont encore des exploitations familiales. Mais selon les enquêtes publiées ces dernières semaines par la presse, la réalité est plus contrastée. Les principaux producteurs ne sont pas des fermiers éplorés, mais des investisseurs – fonds de pension, hedge funds (fonds spéculatifs) – attirés par la rentabilité faramineuse des amandes, dont le prix de gros a augmenté de 78  % entre 2008 et 2012.

Ces entrepreneurs se soucient peu de la redistribution globale de l'eau en Californie. En pleine sécheresse, ils continuent même à planter. Entre 2007 et 2013, la superficie occupée par les amandiers a augmenté de 20  %. En  2014, elle a dépassé pour la première fois le million d'acres (404 700  hectares). " Les journaux parlent de vallée de la poussière, mais il faut rouler loin pour trouver la poussière, note Mark Arax, un auteur qui a grandi dans la Central Valley et prépare un livre sur les “guerres de l'eau”. On plante encore beaucoup. "

" Ruée sur la noix "

La Californie produit 80  % des amandes consommées dans le monde. Et l'appétit ne fait qu'augmenter. Dans l'Etat de la ruée vers l'or, on parle maintenant d